Mouvements intimes-III

Les mouvements de mon âme s’étendent comme un océan au-delà de l’imaginable…
– Mais Monsieur, qu’est-ce que l’âme ? – me demande avec un sourire narquois un de ces imbéciles que l’on rencontre à chaque coin de rue.
Pour ne pas racornir davantage le pois chiche qui lui tient lieu de cerveau, je passe mon chemin.
Tout en marchant, je me dis : les signes ne sont que des mots…
Les mots ne sont que des signes…
Cependant, mots et signes m’agacent.
Je cherche depuis longtemps à mouvementer quelques uns qui ne signifierait rien.
Peine perdue…
Ils résistent et ils signifient toujours quelque chose pour les autres.
Dans ma tête, je surprends un bavardage entre deux ombres amies qui se disent :
Quel plaisir de se retrouver !
Oui, ça faisait longtemps…
Dis-moi, y a-t-il de la musique de l’autre côté ?
L’autre côté n’existe pas.
Tu n’écoutes plus de musique alors…
J’écoute celle qui est en moi et toi ?
J’en écoute la nuit, jusqu’aux portes de l’aurore…
Pourquoi jusqu’à si tard ?
Parce que j’aime attacher les sons à la solitude.
Cette phrase de l’ombre me donne à réfléchir…
Dans ma tête, je vis seul depuis toujours et pourtant je ne me sens pas désespéré.
À présent, je suis suffisamment vieux pour pouvoir contempler, enfin, l’écheveau de traces que je laisse derrière moi.
Je trouve qu’il ressemble à un raturage gigantesque qui occulte d’innombrables désordres parmi lesquels, ceux de mon âme.
Oui, oui, je crois définitivement à l’âme.
Je dis : « je crois », parce que l’existence de l’âme étant improbable, elle ne peut être que le fruit d’une croyance, toutefois…
Je crois à l’âme parce que je la sens en moi et, parfois, à l’extérieur de moi.
Quand mon âme s’en va, elle emporte avec elle mes souvenirs et mes songes pour aller les déposer dans le lointain…
Quand elle revient de ses escapades, elle m’apporte d’autres souvenirs, de choses et de lieux que je n’ai jamais vu où je n’ai jamais vécus.
Tout cela m’apaise…
Quand les choses m’intriguent, je me sens serein.
La curiosité qui naît alors en moi m’ouvre des chemins inattendus.
J’ai toujours aimé parcourir des chemins inconnus.
Les choses qui viennent dans ma direction, me dépassent et s’en vont.
Les pas qui m’entraînent vers l’avant sont peut-être ma manière de ne pas réfléchir au moment présent, d’envoyer le connu à l’arrière, d’être ouvert en permanence sur le nouveau.
Je ne me souviens plus du moment où j’ai commencé à négliger les mots pour leur préférer les gestes.
Je pense cependant connaître la raison ; je me sens moins dupé par les gestes.
Les mots traînent toujours avec eux un fond de ressentiment, d’amertume, de frustrations diverses sauf quand on les met à distance et qu’on les considère comme des broussailles sonores dépourvues de sens.
Aucun mot ne m’a jamais apporté du réconfort.
Un regard, un mouvement de paupières, un geste de mains qui s’enlacent, jamais ne pourront être dépeints au travers de la banalité des mots.
Tous les mots d’une langue ne disent que des mots.
Je n’apprécie en eux que leur imprécision.
Ils ne me plaisent que quand ils se conjuguent pour dessiner dans ma mémoire un souvenir au contour diffus, comme estompé au noir de fumée.
De souvenirs incertains ?
Ma tête en est pleine…
Que d’images peuvent être retirées d’un geste qui remonte à la surface de la mémoire !
Les mots, je les oublie…
Peut-être parce qu’ils m’expliquent tout sans rien me montrer.
Depuis longtemps, je ne cherche plus à savoir ce qu’ils contiennent, mais plutôt à déceler les intentions de ceux qui les utilisent.
Le langage est rarement innocent.
Je veux oublier les paroles, pour ignorer l’amertume et saisir la beauté des choses en silence.
Le chemin du désapprendre qui me reste encore à parcourir, transporte mon regard vers le lointain.
Ah! Comme il me plaît d’avancer vers l’inconnu…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s